Allons voir si la rose …

Toujours en évolution: Mon jardin, ma cuisine, mes chats, mes chiens, mes filles, l'homme et moi ou plutôt moi et les autres ou moi et …

Allons voir si la rose … - Toujours en évolution: Mon jardin, ma cuisine, mes chats, mes chiens, mes filles, l'homme et moi ou plutôt moi et les autres ou moi et …

Aujourd’hui,12 mai, journée mondiale de la fibromyalgie

Pourquoi le 12 mai?

ruban bleu

Il s’agit de la date de naissance d’une femme nommée Florence Nightingale qui a, apparemment, souffert toute sa vie de symptômes similaires à ceux de la fibromyalgie.
Florence est née en Italie le 12 mai 1820 de parents britanniques. Elle était une étudiante modèle pour qui apprendre était un jeu d’enfant. Bien qu’elle était admirée par sa famille et ses amis, la jeune Florence n’était pas faite pour la vie victorienne de femme au foyer.
En 1837, elle a su que sa vocation était celle d’aider son prochain. C’est à ce moment-là qu’elle a décidé de s’investir au sein de la communauté en effectuant des visites auprès de malades. Ainsi, elle acquit très tôt les connaissances nécessaires à toute bonne infirmière. En 1854, la presse britannique rapportait l’horrible condition dans laquelle se trouvaient les soldats blessés de la guerre de Crimée. Florence recruta et équipa un groupe de 38 infirmières qu’elle entraîna en Turquie pour intervenir auprès des blessés.
Les efforts inlassables de Florence pour améliorer les conditions d’hygiène des hôpitaux du front ont permis de diminuer considérablement le taux de mortalité. Pendant son séjour au front, elle tomba malade et ne put jamais recouvrer sa santé.
Bien qu’étant invalide jusqu’à la fin de sa vie, Florence continua d’exercer son influence sur les normes en moins infirmiers. Elle consacra la dernière partie de sa vie à l’amélioration des normes dans le domaine de la santé en publiant près de 200 ouvrages, livres ou pamphlets sur le sujet. Elle mourut chez elle à l’âge de 90 ans, le 13 août 1910.

Extrait du site: Fibromyalgie.ch

Les 100 symptômes de la fibromyalgie

Bon, je ne vous en ai pas souvent parlé, ici une fois je vous ai parlé de ma locataire indésirable! Mais là en ce moment elle est très présente, la vilaine, donc j’ai du mal à ne pas y penser et à vous parler écrire d’autre chose. Cette liste en l’écrivant la commentant m’a paru immense, alors je comprendrai très bien tous ceux que cela décourage ;o))

Bon voilà un p’tit bout de ma compagne de vie, en même temps il faut que je vous dise (ce que mon psy s’est empressé de me faire remarquer!) on en meurt pas!

Les symptômes que j’ai et mes petits com’s personnelles sont en bleu ;o))

(Extrait du livre «Prisonniers de la Fibromyalgie, l’espoir retrouvé» du Dr André Mergui)
Cette liste permet au fibromyalgique de se reconnaître ou de se remémorer les symptômes 
successifs dont il a souffert.

• Acouphènes, sifflements ou bourdonnements d’oreilles (quelques fois, mais c’est pas gênant!)

• Allergie: hypersensibilité aux allergènes de toutes sortes (médicaments, aliments, pollution), le fibromyalgique est irritable de tout. Cet état peut lui congestionner le nez, et lui donner aussi des démangeaisons et des brûlures aux yeux qui larmoient souvent. – se référer à «distorsion des sensations».

• Amygdalite et laryngite sont fréquentes, puisque la perte de l’axe diminue la bonne ventilation de cette zone et en favorise l’inflammation.

• Anxiété. – se référer à: «dépression».

• Apnée du sommeil.

• Articulation temporo-mandibulaire: articulation silencieuse et indolore parfois, ou au contraire, bruyante à l’ouverture ou à la fermeture de la bouche, provoquant un claquement ou un ressaut, donnant même, certaines fois, l’impression de se déboîter. Elle peut crépiter, se sub-luxer, se déboîter.

• Asthénie et fatigue chronique

.
• Audition: perte dans les basses fréquences ou diminution de l’acuité auditive se retrouvent souvent chez les fibromyalgiques.
 (j’ai pas remarqué ou pas encore … vous dites?…)

• Baisse des performances physiques, impression d’avoir vieilli, impossibilité «d’abattre tout le travail qu’on faisait», sensation d’être surmené, d‘être au maximum de ses possibilités.

• Baisse des performances intellectuelles: impression d’avoir perdu sa vivacité d’esprit.

• Baisse des performances sexuelles et surtout de la libido.

• Biopsie: la fibromyalgie ne se découvre pas aux examens tissulaires microscopiques habituels.

• Bouche: elle est souvent sèche comme dans le syndrome de Gougerot Sjögren. Il est difficile de l’ouvrir en grand selon un même axe. La déviation à l’ouverture ou à la fermeture est fréquente.

• Bouffées de chaleur.
 (ben moi j’ai mis ça sur le compte de la ménopause, mais on m’a dit que comme je suis sous pilule ça peut pas être!)

• Bourdonnement d’oreille. – se référer à: «acouphènes».

• Brouillard: c’est ainsi que les patients parlent du ressenti qu’ils ont de l’entourage, une impression de vivre dans le coton que les Américains désignent par «fibrofog». – se référer à: «idéalisation- état confusionnel». (ouais et bien ça, ça m énerve!)

• Bruxisme: dents qui grincent de jour comme de nuit; les mâchoires sont toujours serrées sans 
connaître le moindre repos, elles sont en état de spasme. (heureusement l’hom il l’a remarqué et remédié au problème, cool non!)

• Canal carpien: la fibromyalgie peut provoquer des signes qui s’apparentent au syndrome du canal carpien.

• Circulation sanguine: elle semble perturbée et des troubles de la coloration cutanée peuvent être observés sur les lobes de l’oreille, sur les mains ou sur les chevilles. Les patients décrivent une sensibilité exagérée au froid.

• Collets dentaires: nombre de patients souffrent de sensibilité de leur collet, zone qui unit la dent à la gencive.

• Colon irritable: colites et alternance de diarrhée et de constipation. Le fibromyalgique se plaint d’avoir les intestins fragiles, de tolérer de moins en moins d’aliments.Il lui semble que la digestion «ne se fait pas, que tout lui reste sur l’estomac».

• Concentration: les troubles de la concentration font oublier au fibromyalgique l’endroit où il a garé sa voiture. (J’ai trouvé des petites combines pour ça, je retiens seulement l’étage, ou, dans beaucoup de parking les étages sont d’une couleur, beaucoup plus facile à mémoriser, hihi! j’essaie de me garer toujours dans le même parking! Et je ne gare plus ma voiture dans la rue, of course!)

• Conduit auditif: il donne l’impression d’être bouché, il démange et fabrique en excès du cérumen. – se référer à: «acouphènes».

• Coussin sous la tête: il est indispensable au fibromyalgique dans tous ses déplacements. Son gros oreiller lui permet de se mettre au lit tout en conservant l’attitude courbée qu’impose la vrille du corps. Cette difficulté à allonger la tête sur le fauteuil du dentiste, se complique d’une exacerbation du réflexe nauséeux, puisque le carrefour pharyngien n’est plus dans son axe.
 (Je l’trimbale comme un doudou)

• Crampes musculaires unilatérales nocturnes: déclenchées par la chaleur ou le simple effleurement du drap.

• Démangeaisons et grattage incontrôlable de la peau: au niveau des mollets ou des avant-bras.

• Dent: lorsqu’une dent est en souffrance par dysfonction, elle reste muette, asymptomatique et ne s’exprime qu’à distance, là où on ne l’aurait jamais soupçonnée d’agir. Lorsqu’une dent est en mauvaise occlusion avec son antagoniste, elle manifeste à grand bruit sa souffrance sur le reste du corps, mais rarement sur le maxillaire.

• Déviation de la mâchoire à l’ouverture ou à la fermeture. – se référer à: «articulation temporo-mandibulaire».

• Dépression associée à un état anxieux permanent, parfois à une perte d’appétit, à des crises de
panique ou à des crises de larmes.

• Doigts rouges ou blancs et glacés. – se référer à: «extrémités».

• Difficultés pour ouvrir la mâchoire ou pour la fermer – se référer à: «articulation temporo-mandibulaire».
 (dis donc, y a des trucs qui se répètent ou c’est moi?)

• Difficultés pour monter ou descendre un escalier.
 (ça ça m’arrange, je suis pas obligée de monter voir jolie-maman ;o))

• Difficultés pour lever ou baisser les bras.

• Difficultés pour avaler: fausses routes unilatérales, se reprendre à deux reprises pour faire passer l’aliment dans l’oesophage, dysphagie.

• Difficultés pour parler: extinction de voix ou déplacement brutal de la voix chantée, dysphonie.

• Difficultés pour s’exprimer ou pour communiquer. – se référer à: «brouillard».

• Distorsion des sensations: le baiser, l’effleurement cutané peuvent être douloureux pour le fibromyalgique. – se référer à: «allergie- hypersensibilité».

• Douleurs à la tête qui prennent la forme de migraine, de douleur vasculaire, de «tension» sur le crâne unilatérale, de douleur d’une tempe ou de douleur derrière les yeux, au fond de l’orbite.

• Douleurs spontanées diffuses et lancinantes: concernant les muscles, les tendons, les ligaments et la peau. Elles sont tout à la fois une sensation de brûlure, de tiraillement, de picotement. Elles changent d’endroit, d’intensité et de caractère au gré du temps, de l’humidité, du stress, de l’activité physique ou de l’air ambiant. Aucune partie du corps n’est épargnée, de la main à l’épaule, du pied à la hanche, du bas du dos au sommet du crâne, tibia, talon.

• Douleurs faciales: ces douleurs unilatérales se situent sur la projection cutanée de la canine supérieure ou de la dent de six ans. Elles irradient souvent l’orbite.

• Douleur à la pression de l’articulation temporo-mandibulaire: mais seulement unilatérale.
- se référer à: «articulation temporo-mandibulaire».

• Douleur à la mastication. – se référer à: «articulation temporo-mandibulaire».

• Douleurs musculaires unilatérales à la pression: le Collège Américain de Rhumatologie (ACR) a décrit les neufs points bilatéraux douloureux suivants en 1990. Lorsque onze de ces dix-huit points sont douloureux à la pression, le sujet a selon l’ACR 88% de chances d’être fibromyalgique

• Douleurs des règles: exacerbation de celles-ci.

• Douleur thoracique unilatérale: perceptible entre deux côtes à 4 cm du bord sternal ou à l’arrière à 5 cm des apophyses épineuses. Cette douleur se rencontre le plus souvent à gauche sur la cinquième côte et elle empêche le sujet de remplir ses poumons comme il le voudrait. Cette douleur par son siège intercostal peut faire penser à une douleur précordiale.
 (sauf que chez moi c’est à droite, allez comprendre!)

• Dysphagie: difficultés à avaler, fausses routes peuvent arriver parfois dans le cadre d’une fibromyalgie.

• Dyspareunie: douleur pendant les rapports, douleurs vulvaires.

• Endométriose.

• Engourdissement des membres et sensation de fourmis.

• Extrémités blanches et froides en hiver: les doigts ne peuvent pas supporter le froid et la main reste froide en hiver comme dans la maladie de Raynaud. – se référer à: «gonflement».

• Etat confusionnel: au cours d’une conversation, les mots justes ne viennent pas, la mémoire défaille sans raison . (ça aussi ça me rend dingue! je me sens nulle quand ça arrive m….!)

• Examens sanguins: la fibromyalgie ne se découvre pas aux examens sanguins habituels.

• Fatigue: elle épuise et met dans l’incapacité d’effectuer les activités qu’on avait coutume de pratiquer. Elle vous envoie directement au lit.
 (oui enfin, je vais pas y passer ma vien non plus!)

• Fer. – se référer à: «peau».

• Fertilité masculine: les troubles hormonaux de l’axe hypophyse-gonade diminuerait la fertilité. 
(Tiens! là je suis pas concernée!)

• Football: imprécision du tir au but avec nette différence entre le toucher de balle sur les deux pieds.
 (Ah ben là non plus ;o))

• Force: perte au niveau des mains avec prédominance unilatérale sur le 4e et le 5e doigt.

• Frissons.

• Genoux qui se dérobent.

• Gonflement unilatéral des extrémités, des doigts ou du pied jusqu’au genou: la bague ne peut plus sortir du doigt ou la jambe devient subitement plus grosse que l’autre. Ce gonflement ne concerne pas les articulations, ce qui permet de le différencier d’affections inflammatoires articulaires. – se référer à: «extrémités».

• Gorge: elle racle, donnant l’impression d’avoir en permanence des glaires dans l’arrière gorge.

• Hypersensibilité aux odeurs, à la lumière, au bruit, à la moindre ambiance sonore, au chaud, au froid, à la cigarette, il s’agit d’une irritabilité de tout. – se référer à: «distorsion des sensations – hypersensibilité ». (Je suis en plein dedans en ce moment)

• Hypersensibilité aux allergènes de toutes sortes (médicaments, aliments ou additifs alimentaires, pollution). Les réactions sont semblables à celles de l’allergie vraie, mais s’en distinguent par leur capacité à disparaître sans désensibilisation, juste après traitement d’ostéopathie dentaire.
 (ça c’est à vérifier, je connais pas d’ostéopathe dentaire ??)

• Humeur changeante: dépendant du taux d’endorphines circulant. Ces variations thymiques ne
 permettent pas au fibromyalgique d’être pris au sérieux ou comme un vrai malade.

• Les idées suicidaires sont fréquentes, mais heureusement, le passage à l’acte est plus rare.
- se référer à: «dépression».
 (il y a de quoi parfois, j’vous jure!)

• Idéation: les patients décrivent des troubles de l’idéation, l’impression d’être ailleurs, «de marcher à côté de leurs baskets» et d’avoir de plus en plus de difficultés pour rester performants dans le travail. – se référer à: «brouillard – état confusionnel».

• Impatience: c’est le syndrome des jambes sans repos, un besoin incontrôlable de bouger et de 
soulever ses jambes, debout, assis ou au lit. Ces mouvements quasi involontaires peuvent réveiller le sujet ou le conjoint.

• Inadaptation à l’effort.
• Irritabilité pour des peccadilles, la saute d’humeur est fréquente chez le fibromyalgique. – se référer à: «humeur».
 (ça arrive … mais je gère ;o))

• Libido: perte de la sensualité du désir.

• Maladresse: le fibromyalgique laisse souvent involontairement des objets s’échapper de ses mains. De même, il se heurte, se cogne, trébuche ou se blesse sans raison apparente.

• Marche: sensation d’être attiré sur le côté en marchant, comme si on poussait celui à côté de qui on marche.
 (ça j’ai depuis toute petite, demande à maman! elle avait toujours peur avec moi sur les chemins étroits et pentus!)

• Mastication difficile: difficultés pour mordre une pomme. Ils décrivent une impression de mâchoire folle qui ne sait jamais comment se fermer, qui se décroche, qui semble être décalée, sans repères. Mâcher devient pénible.

• Mémoire à court terme perturbée: «à quelle place ai-je garé ma voiture?» par exemple.
 (je confirme, il y a de la répétition!)

• Mouvements incontrôlés des membres pendant la nuit: le plus souvent unilatéral, syndrome de la jambe sans repos.

• Muqueuses: sécheresse de la bouche et des yeux semblable à la maladie de Gougerot-Sjögren.
 (les yeux surtout pour moi)

• Myalgies. (ben oui quoi!)

• Myoclonies nocturnes: la nuit des spasmes incontrôlés agitent les bras et les jambes.
 ( je bouge beaucoup, d’accord, mais de là à dire ….)

• Occlusion dentaire: 95% des patients se plaignent de ne pas pouvoir fermer correctement la bouche, comme si un obstacle s’interposait entre leurs dents pour en empêcher un parfait engrènement.
 (réglé par l’hom)

• Palpitations cardiaques, malaises. (ben parfois ça fait peur, hein!)

• Panique: crises de panique nocturnes avec souffle coupé et impression de mourir. (mais jamais eu la nuit)

• Paresthésie ou troubles de la sensibilité des mains: avec prédominance unilatérale sur le 4e et le 5e doigt. Les patients décrivent une sensation de fourmis qui rampent sur la peau, de brûlure, d’engourdissement ou de picotements qui peut irradier jusqu’à l’épaule. Le pied est moins souvent concerné par ces paresthésies.

• Peau sèche, écailleuse, râpeuse: dans laquelle il est difficile d’enfoncer une aiguille. Les patients atteints par crises du besoin impérieux de se gratter jusqu’au saignement tant les démangeaisons qu’ils ressentent sont fortes. Des troubles de la coloration cutanée peuvent être observés donnant à la peau un aspect marbré. Un déficit en fer a été aussi évoqué chez le fibromyalgique en raison d’une atteinte globale des phanères: cheveux cassants, ongles striés, muqueuse buccale sèche et atrophiée, fissures au coin des lèvres.
 (Ooooh ça a l’air dégeulasse!

• Pied: lorsque le corps est vrillé et qu’il n’est plus dans son axe, le pied ne peut plus prendre un appui uniforme sur le sol.

.
• Photophobie: avec une impossibilité de supporter la forte lumière du jour ou les scintillements de la lumière artificielle. – se référer à: «hypersensibilité».
 ( Problème pour conduire, surtout l’hiver lorsque la nuit tombe et que je suis éblouie par les phares blancs et rouges pfffff)

• Radio: la fibromyalgie ne se dépiste pas sur les radios, les scanners ou sur la résonance magnétique nucléaire.

• Raideur: le malade a l’impression d’être enfermé dans un corset de plâtre qui entrave ses mouvements soit au lever du lit, soit après avoir gardé longtemps (trente minutes suffisent) la même position, debout, assis ou dans le lit. Conduire une heure déclenche cette raideur qui a pour particularité de s’accentuer aux changements de température ou selon l’humidité ambiante. (Du coup j’ai l’air plus atteinte que jolie-maman qui vient de fêter ses 91 ans!)

• Règles: parfois douloureuses, surtout lors de périodes de crise donnant l’impression de ne pas pouvoir éliminer ce qui doit l’être.

• Seins: maladies fibro kystiques.

• Selles mal moulées alternant entre diarrhée et constipation. – se référer à: «colon».

• Sinus: douleurs des sinus, ressemblant à des sinusites sans signes radiologiques.

• Sommeil: le sujet dort moins en quantité sans trouver de «sommeil réparateur». C’est la quatrième phase du sommeil dite phase delta qui ne joue plus son rôle réparateur, déréglant l’hormone de croissance et son pouvoir de réparation tissulaire et entravant la recharge de tout le système immunitaire. En pratique, le fibromyalgique aura des phases d’hypersomnie qui pourront succéder à des phases d’insomnie. Il se réveille souvent dans la nuit sans pouvoir se rendormir, et au matin, il est aussi fatigué que quelqu’un qui n’a pas dormi. Parfois il est réveillé par des crises de terreur nocturne avec sensation de ne plus pouvoir respirer. Moldofsky H. a pu démontrer que les fibromyalgiques souffraient d’un trouble du sommeil profond à ondes lentes.

• Spasmes musculaires: concernant tous les muscles rouges.

• Sueurs abondantes.

• Thermique: troubles, sensation d’avoir trop chaud en été, trop froid en hiver et surtout d’avoir les mains froides ou les pieds froids, comme Raynaud l’a décrit dans son syndrome. Les mains peuvent paraître blanches, exsangues, et non vascularisées.

• Thermographie: la fibromyalgie peut se révéler à la thermographie. – se référer à: «extrémités».

• Thyroïde: le plus souvent hypothyroïdie instable, difficile à équilibrer.

• Troubles digestifs: douleurs, ballonnements, alternance de diarrhée et constipation. Les malades se plaignent tour à tour de brûlures d’estomac, de gaz, d’état nauséeux. – se référer à: «colon».

• Troubles de l’humeur: la douleur de leur corps tordu sur son axe, les épuise, les rend fous, leur «met
 les nerfs à fleur de peau». Elle consume leur vitalité, les épuise petit à petit et finit par venir à bout de leur force et de leur volonté. Ils ont parfois du mal à garder le contrôle de leurs réactions, puis regrettent de manquer de sérénité pendant l’action. Ils peuvent être victimes de crises de panique ou de crises de larmes.

• Urines: besoin impérieux et fréquent sans infection, c’est le syndrome de la vessie irritable. Des fuites urinaires au moindre effort (marcher, monter l’escalier, courir) sont fréquentes chez la femme. Ceci se complique souvent de cystites récidivantes.

• Vertiges: le sujet décrit une impression de perte de contact avec le sol, de ne plus sentir son pas au sol. – se référer à: «marche».

• Vision: elle est double ou douloureuse unilatéralement dans le cadran supérieur (à 11h ou à 13h). Les patients décrivent des «mouches volantes» ou des fausses images qui se déplacent devant les yeux. Selon leur fréquence ces impressions peuvent considérablement gêner la conduite automobile.

• Vulve: lors des crises, les femmes décrivent des douleurs à type de brûlure ou tiraillement qui peuvent faire penser à un herpès.

• Yeux: ils sont souvent secs comme dans le syndrome de Gougerot Sjögren. Ils brûlent et démangent comme si un grain de sable ne voulait pas quitter la conjonctive. La vision peut être brouillée parfois, les globes oculaires peuvent rougir et s’injecter après une période de lecture. Une des deux paupières peut battre sous l’influence de spasmes incontrôlables. D’autres fois, il devient pénible de supporter la lumière.

Mais aujourd’hui j’m'en fou, j’ai la pêche la banane ou bref ça roule ;o)) y avait un geai dans mon jardin ce matin!

un geai dans mon jardin


Je suis stable et je stabilise!

En voilà un mot qui me parle aujourd’hui!

Anagrammes: stibiale et taisible …Cherchez pas, vous pourrez pas l’utiliser au scrabble, ça n’existe pas!

Donc, je suis stable en fibro et je suis en stabilisation depuis 2 semaines en régime. J’ai surtout envie de faire un petit récapitulatif du régime mais pas de la fibro, celle-là, moins je la sens, mieux je me porte, cqfd!

Alors, les nouvelles sont supers positives, oui, autant vous l’annoncer tout de suite, je suis arrivée au poids que je m’étais donné et dès le début de la stabilisation j’ai encore perdu 800 grs, ce qui me permet d’avoir atteint le poids conseillé par Dukan (que du bonheur <3 )

Comment se passe la stabilisation chez Dukan? Fastoche!

D’abord, la durée du régime de consolidation se calcule en fonction du poids perdu, sur la base de 10 jours de régime par kilo perdu, c’est à dire dans mon cas: 15 kilos x 10 jours = 150 jours ( 5 mois ) fin octobre, je devrais être en « stabilisation définitive » et donc pouvoir me nourrir normalement en prenant tout de même, à vie, 3 cs de son d’avoine et 1 de son de froment et trèèèès important, non interchangeable et non négociable, 1 jour par semaine de protéines uniquement (régime d’attaque) pour moi, le lundi. Dukan propose le jeudi, jour j, facile à retenir, mais moi ça m’arrange mieux le lundi, jour l, light!

Concrètement, je mange,

  • les aliments protéinés du régime d’attaque : viandes, poissons, fruits de mer, produits laitiers 0% (à volonté)
  • les légumes du régime de croisière ( à volonté)
  • 1 portion de fruits par jour, sauf la banane, les raisins et les cerises (portion: la taille d’une pomme, une bonne poignée pour les baies et petits fruits)
  • 2 tranches de pain complet par jour
  • 40 gr de fromages affinés
  • 2 portions de féculents par semaine
  • gigot d’agneau et rôti de porc (filet)

Et pour couronner le tout: tadaaam

  • 2 repas de gala par semaine

Conclusion: c’est tout à fait gérable! J’ai tout de même un peu de mal à tout introduire de cette manière, les féculents 2 fois par semaine je n’en n’ai mangé qu’une fois et les 2 repas de gala se limite pour le moment à 1 seul. Idem pour le pain, je n’en n’ai pas eu envie tous les jours.

En plus lors du repas de gala, qui en fait était un apéro dînatoire que j’avais organisé pour des amis, j’ai privilégié les légumes dip et sans sauce (ou très peu et faite maison à base de yaout 0%), de la viande des Grisons et autres viandes séchées, mais seulement deux samosa (pas fait maison et cuit au four plutôt qu’à la friteuse) du fromage ( edam et gruyère) quelques fraises, du vin, j‘ai pas trop compté! et pour finir du chocolat, une praline et un morceau de chocolat noir découvert  chez un chocolatier,  à tomber! Il y avait bien d’autres choses bien sûr ,mes amis n’étant pas au régime, je ne vous donne que ce que moi j’ai consommé! Et bien vous n’allez pas me croire, mais j’avais trop mangé! J’ai mal dormi car j’ai senti mon estomac trop plein durant toute la nuit, si, si!

Mais je n’ai pas pris 1 gramme!

Ce régime, en tous cas, m’aura aidé à surveiller mon alimentation ;o)

Quel bonheur de se pesée et d’être de nouveau amie avec la balance,tous les matins, et oui, à jeun – même pas une goutte d’eau – et après avoir fait pipi et sans le pyjama évidement! Je crois que c’est un rituel vital et motivant, aujourd’hui ! Mais oui vous le faites aussi!

Je me sens légèèèère, et j’ai repris goût au shopping, mais ça c’est une autre histoire!

Bon d’accord, j’avoue, je vous dis TOUT …

Maman arrête de lire, tu vas pas aimer ;o)

Ww d’accord c’est pas un secret, (-7,2 kg en 3,1/2 mois )
Mais voilà, je cale…

Alors j’ai eu envie d’essayer encore autre chose, en complément quoi,pour voir !

  • j’ai rajouté les petites gélules Méno*** pour le ventre plat (je résiste pas aux petites gélules, soi-disant miraculeuses !)
  • les cailloux pierres semi-précieuses dans l’eau (quartz, Å“il de tigre, jaspe rouge et encore une dont je ne me rappelle plus le nom) :    …. (je ne risque rien et en plus c’est joli dans ma carafe !).

  • la tisane de bambous  (conseillé par ma pharmacienne, ben y faut bien qu’elle bosse aussi cette brave femme) et je viens de découvrir
  • les gélules L*112 pour les jours de sorties (seulement si je vais au resto!) ça va non, j’ai pas abusé ?

Et le sport, alors ?
Je sais le régime ça ne suffit pas, à un moment ou un autre il faut arrêter de se voiler la face et se rendre compte qu’il faut aussi se remuer les fesses !!!
Question sport, je suis plutôt fainéante pas motivée, il faut dire que la fibro, ma compagne de tous les jours ne m’aide pas beaucoup.
A Noël l’homme m’a offert la ouuuiiiiiii (en allemand : la viiiiiii) et bien sur je me suis bien amusée et je vais encore bien m’amuser mais j’ai rapidement constaté que je manque d’auto-discipline pour atteindre un résultat vraiment hallucinant !
Alors, après maintes recherches sur Internet et discussion avec ma voisine, j’ai essayé la fameuse Pow** plate (plaque vibrante) chez une physio bien sûr !
le résultat ? Je suis ravie, mais non ce n’est l’enthousiasme du début, mais franchement ça me convient bien, je m’y retrouve dans ma « fainéantise sportive », 10 min de plaque valent 1 1/2 de sport, pas mal hein ?

Et je vous jure qu’on le sent, le lendemain, j’ai réalisé que j’avais des mollets, des fesses, des cuisses ,un dos et oh, surprise, j’ai des muscles abdominaux, les bras ça va,je dois plus souvent les utiliser que le reste, sûrement en ouvrant et fermant mon ordi;o)

Fibromyalgie: une locataire indésirable!

J’appuie sur « pause» et parfois ça marche,
mais il lui arrive aussi de se remettre en route toute seule et là, Je ne peux pas intervenir !
Elle arrive souvent par en haut et par-derrière la rusée, la finaude. En haut, la tête bien sûr c’est une affaire qui fonctionne bien, elle a de l’expérience sur cette région.

Elle se réveille en douceur, comme moi d’ailleurs, elle s’étire et choisi : le côté gauche ou le côté droit ? Non, il fait froid aujourd’hui et il pleut dehors. Allons-y de face, l’arcade sourcilière, les tempes.

D’abord doucement, un petit tac tac, comme pour signaler sa présence et là,  si je ne prends pas garde, en milieu de journée, elle occupe tout le terrain, enfin la tête. Elle redescend vers les cervicales et arrivée là  elle ressemble déjà  un morceau de batterie digne de Bill Kreuzmann dans ces meilleurs morceaux (Drum’s notamment).

Ok, je t’aurai ma belle, Monsieur gentil docteur m’a expliqué le mode d’emploi et quelle arme utilisée contre l’intruse !
J’avale mon sauveur et je me couche, demain elle sera retournée se coucher dans un tout petit coin, dans lequel elle devient invisible.

Au petit matin, j’ouvre les yeux et là  je l’aperçois, bien campée sur ces deux pattes, qui me sourit, mais elle me nargue la garce !
Allez, on avale encore un sauveur et on verra bien qui va gagner !

Mais elle a pris de la force pendant la nuit, elle est presque insupportable, j’ai beau essayer de pousser sur pause, je crois qu’elle a réussi à  coincer le bouton, elle ne me lâche pas, elle se bat contre mon sauveur, vu la taille qu’elle a maintenant il ne suffit plus !
Tant pis, je l’ignore. Bonjour les enfants, mon amour, la cuisine, le rangement, des nouvelles des Etats-Unis, de Paris  (tu me manques, c’est loin l’Amérique !),
tiens, il fait beau aujourd’hui, le jardin, les fleurs, superbes.

Elle est toujours là ! Je n’en peux plus, envie de rien, manger : beurk ! Encore un sauveur, mais il m’a l’air bien fatigué lui aussi. Je me suis battue toute la journée, je vais me coucher. Il paraît que la nuit porte conseils !

Qui est-ce qui a écrit cette phrase magnifique :« Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille. – Tu réclamais le soir; il descend, le voici: – Une atmosphère obscure enveloppe la ville, – Aux uns portant la paix, aux autres le souci.» Mais bien sûr, Monsieur Charles Baudelaire, il a du la rencontrer lui aussi pour si bien la connaître !
Ce matin, elle a signé un contrat avec les larmes, elles montent soudain mais ne me soulagent pas. Encore une journée à  devoir vivre en sa compagnie.

Le temps est magnifique, je sors et elle me suis, je me retourne, lui parle :« Va t’en vilaine, je ne t’aime pas, je ne te supporte plus !» Mais elle hausse les épaules et reste là  à me faire souffrir.

La journée se remplit gentiment et, avec l’aide du sauveur, je finis par ne plus penser à elle.
Elle s’essouffle, je l’entends de moins en moins bien, elle rétréci, devient tellement petite, on dirait une tête d’épingle. Je n’ose pas me réjouir trop vite!

Mais elle disparaît, se met en boule et attend la prochaine visite. Le lendemain, je me rends compte qu’elle n’est plus dans la tête, elle est descendue dans le dos.
Elle a changé de forme, ressemble une lourde plaque en métal que mes jambes ont du mal à porter. Elle restera 3 jours aussi car elle connaît la phrase qui dit que :«  les visites, c’est comme le poisson, après trois jours ça pue !» et c’est vrai, je vous assure elle ne pue pas !

Mont Pilate